Quel avenir pour la démocratie électronique ?

La démocratie électronique est aujourd’hui au cœur de tous les débats. Certains se posent la question si l’on va bientôt assister à une participation de la masse au pouvoir à travers des équipements informatiques et électroniques, tandis que d’autres restent sceptiques face aux difficultés techniques de la mise en place de telles structures. En soi, la démocratie électronique est une figure de l’aboutissement de la démocratie, à travers des moyens et structures modernes comme internet, les ordinateurs portables, les tablettes et les téléphones mobiles. L’avenir de la démocratie électronique repose sur différentes bases, notamment la volonté politique, et l’accès aux outils multimédia.

L’aube d’un changement

La participation citoyenne en ligne n’est pas une utopie. Elle le restera toutefois sans la bonne volonté des politiques, et des politiciens en place. La démocratie va en effet apporter un grand bouleversement, qui n’a connu d’égal que l’avènement même de la démocratie. Elle permet en effet une participation directe citoyenne. Les quelques essais qu’on retrouve ici et ailleurs laissent présager une participation plus active de la population, notamment dans le processus électoral, mais aussi législatif. On envisage même un pouvoir de contrôle à travers cette formule. À titre d’exemple, on peut citer l’Estonie qui met déjà en place un système qui permet aux citoyens de soumettre des propositions de loi. En Italie, la mairie de la ville de Césena est également un pionnier dans ce domaine, en partageant en ligne son plan annuel d’objectifs, le soumettant ainsi à l’appréciation des administrés. L’intérêt des politiciens ou des médias dans le processus politique actuel peut cependant constituer un frein au développement de la démocratie électronique.

L’accès pour tous

Les outils et structures nécessaires à la démocratie électronique sont d’ores et déjà en place. Internet est ainsi la plateforme parfaite pour une globalisation d’un tel système. Des interfaces comme les sites wiki ou les réseaux sociaux sont également de formidables ébauches pour banaliser un tel système. En pratique, chaque citoyen ne peut toutefois accéder aux outils multimédias, et la fracture numérique figure d’ailleurs parmi les principales objections des détracteurs du système.

L’avenir de la démocratie électronique dépend alors avant tout d’une volonté politique, qui est heureusement déjà en marche dans certains pays. Pour assurer l’égalité des droits à la participation, il est également nécessaire d’envisager un accès libre des citoyens aux infrastructures et aux outils multimédias, qui sont une matière première pour la participation citoyenne en ligne.