Se lancer en freelance : quelques conseils pour bien choisir son statut juridique

Aujourd’hui, force est de constater que le nombre de travailleurs indépendants explose un peu partout dans le monde. En effet, le « freelance » séduit un grand nombre de personnes surtout pour ceux qui peinent à trouver un travail ou pour ceux qui recherchent une plus grande liberté. Vous aussi, vous avez envie de vous lancer en tant que freelance, mais une question vous tracasse : quel statut juridique choisir ? Pour vous aider dans votre choix, suivez le guide…

Bon à savoir avant de se lancer en freelance

Avant toute chose, il convient de bien définir ce qu’est un « freelance ». Il s’agit d’une personne qui exerce une activité professionnelle avec la qualité de travailleur indépendant. Il est également important de noter que ce dernier n’a pas de contrat à long terme comme les employés en CDD ou CDI. Le travailleur freelance réalise ses tâches sous la forme de missions. Pour se faire payer par ses clients, il leur remet des factures. Cependant, il convient de rappeler que travailler en freelance dans l’Hexagone nécessite un enregistrement en tant qu’entreprise. À titre d’exemple, vous pouvez travailler en tant que freelance en vous déclarant auto-entrepreneur, en créant une SARL… Vous l’aurez compris, vous devez donc avoir un statut juridique. C’est un cadre légal déterminant votre régime fiscal et social. Aujourd’hui, nombreuses sont les sociétés qui travaillent de plus en plus avec les travailleurs indépendants, mais également avec les firmes externes à l’instar de BPO MADAGASCAR qui est consultable sur le site http://www.nosycom.com ! Alors, pourquoi ne pas vous lancer en freelance également ?

Les types statuts juridiques du freelance

Le choix d’un statut juridique est donc primordial pour ceux qui veulent s’aventurer en freelance. Pour ne pas faire le mauvais choix, vous devez vous poser les bonnes questions. Vous devez choisir un statut juridique correspondant à votre situation, selon le mode de rémunération, le chiffre d’affaires attendu, etc. Pour vous aider à choisir, n’hésitez pas aussi à demander l’avis de vos proches qui se sont lancés en freelance. Vous pouvez également consulter les nombreux sites, forums et avis sur le sujet. Cela vous aidera à prendre les bonnes décisions. Ci-dessous les différents types de statuts :

  • L’entreprise individuelle (EI) : ce type de statut juridique présente de nombreux avantages. Les formalités de création sont plus légères et moins chers. Avec ce statut, l’entrepreneur a plus de liberté que le fondateur d’une firme.
  • Le portage salarial : D’une manière générale, le portage salarial est une relation d’emploi entre une entreprise de portage, un salarié indépendant et une société cliente. En optant pour ce statut, vous ne prenez pas de risques, car vous bénéficierez des nombreux avantages que les salariés de la firme portage (CDD ou CDI, protection sociale, les allocations chômages, etc.)
  • L’entreprise (EURL et SASU) : Ce sont deux grandes possibilités qui s’offrent à vous si vous souhaitez vous lancer en freelance. L’EURL ou une Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée est une forme de SARL, avec un seul associé. C’est donc idéal si vous ne prévoyez pas de vous associer avec d’autres sociétés dans le futur. La SASU ou une Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle présente également un bon nombre d’avantages non négligeables. La plupart des règles applicables à la SAS le sont également à la SASU. La seule différente entre ces 2 statuts, c’est qu’il s’agit d’un associé unique contrairement à la SAS.